• Vous êtes ici :
  • Accueil
  • > J'ai un projet
  • > Programmes européens
  • > PDR FEADER
  • > Améliorer la compétitivité des entreprises agricoles sylvicoles et agroalimentaires pour que l’agriculture régionale constitue un élément stratégique de l’économie des territoires ruraux et périurbains

Améliorer la compétitivité des entreprises agricoles sylvicoles et agroalimentaires pour que l’agriculture régionale constitue un élément stratégique de l’économie des territoires ruraux et périurbains

L’agriculture est menacée d’abandon progressif sur les territoires à forte contrainte naturelle. Elle subit une pression foncière et des conflits d’usage dans les zones périurbaines.

Dans les deux cas l’objectif est de maintenir son impact positif sur la préservation de la biodiversité et la protection de l’environnement :

·    Préserver des paysages et des milieux naturels de qualité en zone de montagne et dans les zones défavorisées en soutenant l'agriculture. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est un territoire aux paysages, aux milieux naturels et au patrimoine de grande qualité, mais dont l'équilibre est fragile.

La fragilité du tissu d’exploitations en zones défavorisées représente un risque de désertification et d’enfrichement, tout particulièrement en zone de montagne où il est difficile voire impossible de proposer une activité agricole alternative à l’élevage. Il est donc primordial de maintenir des exploitations agricoles menacées d’abandon. Cela contribue à une répartition harmonieuse de l'activité sur le territoire, à la préservation de l'espace naturel, et à la promotion des modes d'exploitation durables. Les pratiques agricoles sont favorables au maintien des milieux fragiles et menacés, de la biodiversité et de la qualité des paysages. Il convient de préserver cette richesse environnementale en limitant l’érosion de la biodiversité et la dégradation des paysages sur l’ensemble du territoire.

·    Préserver la biodiversité à travers les externalités positives de l’agriculture, à travers la mise en œuvre du projet agro-écologique, en particulier le soutien à l’agriculture biologique et la mise en œuvre mesures agroenvironnementale, ainsi que l’aide octroyée dans le cadre du dispositif NATURA 2000, qui s'inscrit dans le cadre d'action prioritaire Natura 2000 pour la France. Les espaces agricoles contribuent en effet à la biodiversité régionale par la diversité des systèmes de production agricole, qui s’appuient sur un milieu physique naturel et un ensemble de terres exploitées pour la culture et le pâturage. Les changements de pratiques permettent de promouvoir une gestion durable de la ressource en eau, la prise en compte du changement climatique et économies d'énergie (systèmes d’irrigation économes, diminution de l'utilisation d’intrants, valorisation de la fertilisation organique, augmentation de l’autonomie fourragère, introduction de cultures de légumineuses). Le maintien, voire la réimplantation de surfaces en herbe permet de lutter contre l'érosion des sols, le risque incendie et la fermeture des espaces. La stratégie prend notamment en compte l'objectif national de couvrir 30% des zones Natura 2000 agricoles par des mesures agroenvironnementales.

·    Développer l’exploitation durable de la forêt grâce à une meilleure mobilisation du bois et une filière plus compétitive.

·    Protéger et mobiliser le foncier agricole et naturel.

Le maintien des zones rurales passe également par une meilleure attractivité des territoires ruraux en termes d’offre de services et d’opportunités de diversification. Il s’agit de lutter contre les déséquilibres du territoire par la mise en œuvre de stratégies de développement rural répondant aux besoins des populations.